Biographies

Marc Bonneau

« Je veux que l’Humain soit au cœur de la politique »

Je suis né à Bressuire il y a 27 ans et j’y ai grandi, au sein d’une famille originaire du Bocage (Saint-André-sur-Sèvre du côté de ma Mère ; Saint-Amand-sur-Sèvre du côté de mon Père).

Je suis toujours resté attaché à mes racines, ma famille, mes amis et à la qualité de vie du Nord Deux-Sèvres : qualité sociale, éducative, associative, sportive et culturelle dans un environnement économique dynamique.

J’ai eu la chance de bénéficier des atouts de notre territoire, notamment de la vitalité du tissu associatif : j’ai été membre du Théâtre du Bocage pendant 8 ans durant lesquels j’ai pu m’ouvrir à d’autres horizons ; et je suis aujourd’hui adhérent à Sam’Botte (jardins partagés), Boc’Hall (musiques actuelles) et Les Vendredis de l’Été (festival musical gratuit). J’ai toujours saisi l’incroyable opportunité de grandir dans un environnement aussi protégé, sûr et accueillant.

J’ai surtout pu m’imprégner du bons sens et de l’humilité de ce territoire, si précieux dans le monde d’aujourd’hui.

Les études en Sciences politiques à Rennes et à Paris m’ont apporté des connaissances théoriques que j’utilise aujourd’hui. J’ai choisi de me spécialiser en action publique locale, en économie et en sociologie, et je peux aujourd’hui mobiliser ce que j’ai acquis dans le concret des expériences que je vis.

Pendant près d’un an, je suis allé vivre en Australie, travaillant à Sydney dans une ONG faisant la promotion de la paix et de l’éducation pour tous à travers les échanges scolaires, avec l’idée que la société ne pouvait être que meilleure en comprenant et acceptant l’autre tel qu’il est. J’ai retenu de cette expérience la formidable aventure humaine que j’ai vécu, et les échanges que j’ai pu avoir avec des populations très diverses, à la fois dans les métropoles mais aussi avec les peuples aborigènes les plus modestes. J’en retiens également l’incroyable accueil que j’ai reçu, moi l’étranger dans leur pays, les mains que l’on m’a tendues, la confiance que l’on m’a accordée, voyant ma présence comme une chance, mais aussi les efforts d’intégration que j’ai mobilisés. Enfin, j’y ai éprouvé l’amour de la France et un attachement très profond à notre département. Vivre dans un pays anglo-saxon permet de prendre conscience de la chance inouïe de vivre en France, où l’éducation est gratuite, où les frais de santé sont remboursés, et où l’action sociale prend en charge les plus démunis… même s’il reste beaucoup à faire chez nous.

Ma famille m’a inculqué le sens des responsabilités, la nécessité de l’engagement, l’amour des Autres et le besoin de les aider. Cette famille est un lieu de débats, d’oppositions parfois mais toujours de tolérance. Avec des grands-parents agriculteurs et des parents enseignants, qui ont tous toujours vécu dans le Nord Deux-Sèvres, j’ai dès mon enfance eu le sens du travail et du mérite.

Par différentes expériences professionnelles et associatives (abattoir, déménagements, restauration rapide, journalisme, organisation d’événements, théâtre avec des personnes handicapées…) j’ai pu m’ouvrir à différents champs sociaux, véritable enrichissement personnel.

Mon engagement public a débuté il y a 11 ans, en rejoignant le Conseil des Jeunes de Bressuire, avec lequel je continue à m’impliquer.

Jeune parmi les jeunes je comprends et je vis les difficultés, les doutes, les craintes, les exaspérations. Je partage aussi cette formidable espérance qui habite la jeunesse d’aujourd’hui. Je connais, par dizaines, ces jeunes engagés, volontaires internationaux, visiteurs de prisons, bénévoles auprès des enfants en difficulté scolaires, autoentrepreneurs, artistes, audacieux…. J’ai moi-même cette énergie inépuisable, et la volonté de renouveler la politique, en parlant avec sincérité, assuré dans mes valeurs mais toujours à l’écoute des positions des autres.

Très jeune, mon engagement politique à Gauche, a été une évidence. Je suis Socialiste, Progressiste, Écologiste, Républicain. Je veux que l’Humain soit au cœur de la politique.

Je suis aux côtés de notre Député, Jean Grellier, depuis 2007, et je travaille et milite avec lui. Nos échanges m’ont enrichi et il a contribué à ma passion de l’action publique. Son soutien aujourd’hui dans la campagne législative m’est précieux.

En mars 2014, j’ai accepté la proposition de Jean-Michel Bernier d’être candidat au sein de l’équipe d’ouverture « Bressuire Ensemble ». Nous réussissons à travailler au-delà des clivages partisans, sans jamais renier mes valeurs et qui je suis.

Élu, je suis en charge de la Jeunesse et des Liens intergénérationnels, je poursuis le travail avec le Conseil des Jeunes et nous organisons chaque année, notamment,  le festival de cinéma « On s’Fait des Films ». Je suis également en charge de l’Accessibilité, prenant en compte l’ensemble des handicaps pour permettre à chacun d’avoir accès à l’espace public. Sous mon impulsion, un Agenda d’accessibilité programmée a été établi et l’ensemble des bâtiments publics de Bressuire (125) sera mis aux normes car chacun doit pouvoir prendre toute sa place dans la vie de la Commune. Conseiller à l’Agglo2B, je participe aux commissions Politiques de la Ville et Transports/Ruralité.

En 2015, j’ai été candidat aux élections départementales avec Anita Briffe. Notre binôme de renouvellement politique a été en tête du 1er tour sur le Grand-Bressuire et a amélioré le score de la Gauche au second tour, par rapport à 2008.

A l’occasion des élections législatives 2017, pour élire notre futur Député, je m’engage de nouveau avec cette énergie et cette force, car lorsque le défi est grand, l’investissement personnel doit être à la hauteur. Je sais qu’une candidature dépasse les questions de personnes. Il s’agit de porter un projet, de donner une vision. Il s’agit de représenter les habitants de notre territoire. Quelle belle responsabilité !

Nadine Kimborowicz, cadre de santé infirmier, adjointe à Oiron, très impliquée dans la vie locale en Thouarsais, a accepté d’être ma suppléante et je l’en remercie.

Avec vous, ensemble, nous allons définir de Nouvelles Perspectives.

Marc Bonneau Nadine Kimborowicz

Nadine Kimborowicz, Candidate suppléante

« Le respect et la tolérance, à chaque moment de ma vie, m’ont aidé dans le choix de mes orientations, à grandir et à me tourner vers les autres. »

 

Installée en Thouarsais depuis 35 ans, je suis actuellement Première adjointe à Oiron et je siège  au sein de la Communauté de communes du Thouarsais comme suppléante. Je suis toujours membre du Centre intercommunal d’action sociale (CIAS) du Thouarsais, qui intervient auprès des publics du plus jeune âge à l’âge le plus avancé pour veiller sur leurs besoins et leur protection.

Avant de m’installer à Oiron, j’ai été conseillère municipale à Thouars. Infirmière à l’hôpital de Thouars puis en Ehpad, auprès des personnes âgées pour lesquelles j’ai acquis une certaine expertise. Puis, j’ai repris des études de cadre de santé. Un nouveau défi, qui m’a permis d’être Cadre de Santé au C.H.N.D.S. J’ai ensuite fait un choix de vie qui m’a amenée à tenir un cabinet médical avec un puis plusieurs médecins, à l’écoute des épreuves traversées par les uns et les autres. Sur notre territoire, les professionnels du social et de la santé sont autant d’oreilles attentives et sont précieux aux liens que nous pouvons tisser.

Je me suis installée à Oiron et après y avoir travaillé j’y ai tissé des liens, avec les Oironnais bien sûr mais aussi avec les lieux tour à tour secrets ou grandioses, dans les monuments et les paysages où l’histoire et le XIXè siècle se côtoient en direct, en toute simplicité, par leur grandeur évidente.

Je suis d’origine bretonne, née à Brest il y a 60 ans. J’ai ce caractère breton, entier et franc. Ce caractère brestois, forgé par une ville qui est la fin d’un monde et le début d’un autre. La force de l’Océan a  façonné la ville, parfois durement. Mais ses habitants ne sont pas durs, ils sont au contraire toujours prêts à accueillir et sont eux-mêmes tournés vers le monde. C’est sans doute pourquoi j’ai passé une partie de ma jeunesse en Afrique. J’y ai tiré un sens de l’accueil, du partage, de l’empathie. Je connais le vécu de l’installation à l’étranger, et la chance que représentent les échanges avec d’autres cultures.

Je suis investie depuis toujours dans la vie citoyenne et associative. Mes valeurs sont le respect et la tolérance et à chaque moment de ma vie, elles m’ont aidé dans le choix de mes orientations, à grandir et à me tourner vers les autres. J’ai inculqué ces valeurs à mes 5 enfants. Aujourd’hui veuve, j’ai appris de cette terrible épreuve à me relever et à poursuivre encore davantage mes engagements pour les autres, car cette énergie d’agir est ancrée au plus profond de moi.

J’ai accepté d’être la suppléante de Marc Bonneau à l’occasion des élections législatives car je crois que la valeur n’attend pas le nombre des années. Il sait impulser un renouvellement dont nous avons besoin, et j’aime la simplicité de nos échanges et la clarté de nos valeurs communes. Comme suppléante, j’apporte aussi une complémentarité. D’abord des parcours et des expériences. Mais également de parité. Et enfin, complémentarité des territoires. Au-delà de la campagne électorale, je souhaite pouvoir être un relai pour lui à l’avenir, à l’écoute du territoire et le représentant lorsque cela sera nécessaire.