Mon interview à la Nouvelle République

_MG_8456 (2).jpg

Entretien à la Nouvelle République.

L’hôpital de Faye-l’Abbesse 

> Envisagez-vous de peser sur le maintien ou non des services d’urgence à Thouars et Parthenay ?

 

L’engagement 14 de mon projet législatif est très clair : je souhaite des portes d’entrées médicales comprenant des services d’urgences à Thouars et Parthenay. J’agirai en ce sens, afin que les habitants du Nord Deux-Sèvres soient tous à proximité d’un service d’urgence. J’étais avec Jean Grellier dans son bureau quand la ministre Touraine nous a informée que les fonds étaient débloqués pour le CHNDS. Je serai l’artisan de la réussite du projet.

> Exigerez-vous une meilleure lisibilité du projet médical de l’hôpital de la part de la direction et de l’ARS ?

 

90 millions d’euros sont investis sur notre territoire, c’est une chance pour le maintien de l’offre de soin. Tous les acteurs sont désormais concernés et le projet médical de l’hôpital doit être résolument tourné vers l’avenir. Ce n’est pas le rôle du Député de l’écrire, mais c’est le rôle du Député de réunir les acteurs dans l’objectif de faire réussir l’ouverture en 2018 du site de Faye l’Abbesse.

La médecine libérale 

> Quelles sont vos propositions pour lutter contre la désertification médicale ?

Je porte le projet d’un territoire innovant et audacieux, y compris en matière de santé. J’ai rencontré de jeunes médecins et nos échanges ont été très constructifs. Nous avons tout d’abord des maisons de santé. De plus, le numerus clausus a été augmenté et nous devons utiliser la possibilité des « assistants détachés » qui sont des internes venant plusieurs jours par semaine se former sur le territoire. De plus, j’encouragerai le salariat comme cela se développe en Maine-et-Loire notamment (des médecins salariés d’associations). Adaptons-nous aux nouveaux modes de vie.

Les transports 

> Quelle organisation des transports souhaitez-vous encourager pour le Nord Deux-sèvres autour de la RN149 (2X2, autoroute, 3 voies) ?

 

Tous les acteurs doivent être mis autour de la table pour que chacun puisse participer à la poursuite de la 249. Mon engagement 19 est d’obtenir les crédits pour l’étude de faisabilité des déviations de Saint Sauveur et Chiché et si je suis élu je monterai au créneau dès juin dans les ministères pour cela. J’ai échangé avec les élus concernés et nous devons utiliser la nouvelle grande région pour faire de l’axe Nantes-Poitiers-Limoges une route structurante. Nous nous orientons vers un aménagement de l’existant au-delà de Chiché, ce qui sera dans tous les cas une avancée.

 

L’environnement

> Quelles solutions d’énergies renouvelables souhaitez-vous promouvoir ?

Au Conseil municipal de Bressuire j’ai toujours voté en faveur des énergies renouvelables. L’engagement de la COP21 doit être respecté et la France doit avoir une position plus ferme face au président américain. Le mix énergétique voté dans la loi de transition énergétique fixe une part du nucléaire à 50% d’ici 2025 : il faut tenir cet engagement et j’y serai vigilant. J’agirai aussi au niveau local pour soutenir les projets notamment de méthanisation ou de photovoltaïque, et pour une agriculture plus durable.

Votre mandat 

> Quel est le type de député comptez-vous être ?

Je ne me présente pas en disant « j’ai 30 ans de carrière derrière moi, je n’ai rien à apprendre de vous ». Ma démarche est collective, elle vise à faire émerger le meilleur de chacun-e et du territoire. J’aime ce territoire et ses habitants. Pendant cette campagne, je suis le seul à me rendre dans les 77 communes de la circonscription pour des rencontres publiques, et je continuerai à être au contact, en proximité. Le Député a un vrai rôle d’animateur, de facilitateur. En étant depuis 10 ans en échanges constants avec Jean Grellier, je connais les dossiers du territoire, mais aussi l’aspect législatif du travail. Je serai un Député présent en Deux-Sèvres et aussi à Paris pour améliorer la loi. Ce rôle de législateur ne s’improvise pas.


> Etes-vous favorable à la limitation des mandats en durée, en nombre et/ou en âge ?

Emmanuel Macron me trouvera à ses côtés dans sa volonté de limiter les parlementaires à 3 mandats successifs et je voterai la loi si elle correspond bien aux engagements pris. Je trouve cependant dommage de devoir en passer par la loi. Le non-cumul, la parité et la limitation dans le temps devraient être des démarches spontanées de la part des élu-e-s.


> Comment utiliserez-vous la réserve parlementaire ?

Je suis le seul à avoir fait une proposition concrète à ce sujet lors du débat à Mauléon et c’est d’ailleurs l’engagement 3 de mon projet législatif. J’instaurerai un Collectif citoyen, transparent et démocratique, pour m’accompagner dans la répartition de la réserve parlementaire aux associations et communes du territoire. Les porteurs de projets viendront expliquer devant les citoyens ce qu’ils souhaitent faire de l’argent public de la réserve.


> Etes-vous d’accord pour supprimer les emplois familiaux par les députés ?

Il faut là encore davantage de transparence et de pédagogie. Je voterai la loi sur la moralisation de la vie politique si elle inclut cette interdiction, comme Emmanuel Macron s’y est engagé. Certains emplois familiaux font un travail complet et admirable, mais l’affaire Fillon a semé trop de troubles et de dégoût pour pouvoir laisser l’once d’un doute.

Pour des raisons de place, l’entretien a été coupé dans les colonnes du journal. Vous retrouvez ici les réponses formulées par écrit, dans leur intégralité. Réponses adressées le 29 mai.  

Publicités